Numérisation choisie pour partir à la découverte du Limousin à travers ses richesses documentaires anciennes, rares ou précieuses sous toutes les formes, la bibliothèque numérique du Limousin propose un accès par collections ou sur la totalité des documents. Les originaux numérisés sont conservés à la Bfm de Limoges et dans les bibliothèques partenaires.

Les collections

Manuscrits

Langue et culture occitanes

Presse locale ancienne

Cartes

Manuscrits - Frontispice

Langue et Culture occitane - Legendas lemouzinas

Presse - Le Courrier du Centre magazine , nд1

Plan - Limoges, Quercy, P곩gord

Les nouveautés

  • Place Denis Dussoubs

    Cette place fut créée en 1712 et remodelée par Turgot vers 1770. Elle s’appela place Montmailler, place Dauphine, place des Sans-Culottes, place du roi de Rome, place de la Liberté puis place de la Révolution, avant que son nom rende finalement hommage à Denis Dussoubs, né en 1818 à Saint-Léonard-de-Noblat, figure de la Révolution française de 1848, mort sur les barricades parisiennes le 4 décembre 1851 alors qu’il manifestait contre le coup d’Etat de Louis-Napoléon Bonaparte. La statue de 1892 le montrant poing levé, haranguant la foule, fut fondue sous l’Occupation. Fonds Jean-Baptiste Boudeau, Boîte 184 (Bfm Limoges)
  • Avenue de la Gare et voie ferrée

    L’ancienne gare des Bénédictins a été mise en service en 1856. La construction des voies a notamment nécessité la démolition du premier temple protestant de Limoges et d’une fabrique de porcelaine Pouyat. Le ruisseau d’Aigueperse a été canalisé et un tunnel a été créé à la place du chemin de la Maison-Dieu. On remarque, tout au fond à gauche, l’église Saint-Paul-Saint-Louis de la rue Aristide-Briand, fraîchement construite. Fonds Jean-Baptiste Boudeau, Boîte 198 (Bfm Limoges)
  • La Bibliothèque municipale

    Ce bâtiment massif du bas de la rue Turgot, de style néoclassique, est l’œuvre de l’architecte Marsaudon. Il donne à l’arrière sur la place de l’Ancienne Comédie. Achevé en 1895, il accueille dès l’année suivante la Bibliothèque municipale, jusqu’alors hébergée dans le bâtiment du présidial. Depuis l’ouverture de la BFM en 1998, l’ancienne bibliothèque accueille une brasserie et des logements. Fonds Jean-Baptiste Boudeau, Boîte 184 (Bfm Limoges)
  • Hôtel de préfecture

    En 1897, le maire Emile Labussière offre à l'État un terrain du vieux quartier du Viraclaud (rasé l’année suivante), afin de construire un nouvel hôtel de préfecture. De style néo-classique, suivant les plans de l'architecte Jules Godefroy (1863-1928), l’imposant bâtiment est construit de 1900 à 1908 et accueillera également le Conseil général jusqu’en 2010. Fonds Jean-Baptiste Boudeau, Boîte 190 (Bfm Limoges)
  • Hôtel des Postes et Télégraphes

    L’hôtel des Postes et Télégraphes, de style néo-classique, est inauguré en 1909. Œuvre de l’architecte Jules Godefroy (1863-1928), tout comme la nouvelle préfecture voisine, il est bâti à l'emplacement de l'ancien quartier du Viraclaud. Fonds Jean-Baptiste Boudeau, Boîte 197 (Bfm Limoges)
  • Hôtel Estienne de la Rivière

    Ce bel hôtel particulier est bâti place du Présidial au début du 19e siècle par les Estienne de la Rivière, famille d’aristocrates et de notables limousins. Il est classé aux Monuments historiques depuis 1988 pour certains de ses éléments extérieurs mais aussi pour ses riches intérieurs de bois et de stuc. Propriété d’une association, il est restauré à la fin des années 2010. Fonds Boudeau, boite 190 (Bfm Limoges)
  • Incendie de Limoges : aspect du lieu du sinistre. Vue prise du marché Dupuytren

    A l’époque où Limoges était majoritairement bâtie de bois et de torchis, les incendies étaient fréquents. L’un des plus ravageurs fut sans nul doute celui de la nuit du 15 août 1864, qui emporta presque tout le quartier des Arènes (109 maisons, environ 2000 personnes à la rue). La rue des Arènes de l’époque est devenue la rue Othon Péconnet, du nom du maire qui géra la reconstruction. On voit en bas à gauche l’angle de la halle Dupuytren qui était place de la Motte avant d’être transférée place Carnot en 1889. cote : 3Fi57 (Bfm Limoges)
  • Rues Haut-Lansecot et du Cheval-Blanc à Limoges, incendiées dans la nuit du 7 mai .

    A l’époque où Limoges était majoritairement bâtie de bois et de torchis, les incendies étaient fréquents. Dans la nuit du 7 mai 1861, ce sont 7 maisons de la rue du Cheval-Blanc (actuelle rue Gondinet) qui furent emportées par les flammes Extrait du Le Monde illustré, 1861. cote : 3Fi89 (Bfm Limoges)
  • Limoges

    Extrait de La France pittoresque d’Abel Hugo, 1835. cote : 3Fi53 (Bfm Limoges)
  • La cathédrale avec sa nef en construction.

    ès le 11e siècle, une cathédrale est élevée au cœur de la Cité. De ce premier édifice roman, il ne subsiste aujourd'hui que la crypte et les étages inférieurs du clocher. La construction de la cathédrale actuelle commença en 1273, mais les dernières travées reliant la nef au clocher ne furent bâties qu'en 1876. La cathédrale associe gothique rayonnant (abside et transept sud) et gothique flamboyant (portail Saint-Jean). Elle est finalement achevée le 12 août 1888. cote : 3Fi47/2 (Bfm Limoges)
Voir tous les contenus...