Numérisation choisie pour partir à la découverte du Limousin à travers ses richesses documentaires anciennes, rares ou précieuses sous toutes les formes, la bibliothèque numérique du Limousin propose un accès par collections ou sur la totalité des documents. Les originaux numérisés sont conservés à la Bfm de Limoges et dans les bibliothèques partenaires.

Les collections

Manuscrits

Langue et culture occitanes

Presse locale ancienne

Cartes

Manuscrits - Frontispice

Langue et Culture occitane - Legendas lemouzinas

Presse - Le Courrier du Centre magazine , nд1

Plan - Limoges, Quercy, P곩gord

Les nouveautés

  • François Le Tonnelier de Breteuil

    Légende : "Le Baron de Breteuil : ministre et secrétaire d'Etat". - De la série «Hommes illustres vivans». Marquis de Fontenay-Tresigny, né à Paris en 1687, fils de François de Breteuil conseiller d'Etat et ancien intendant des finances, et d'Anne de Galonne de Courtebonne ; conseiller au parlement de Paris (6 août 1705), maître des requêtes (27 février 1712), intendant de la généralité de Limoges le 8 mars 1718, ministre de la guerre le 4 juillet 1723, occupa cette position pendant vingt ans, chancelier de la reine, mort à Paris le 7 janvier 1743. Cote : FP BRET (Bfm Limoges)
  • Jean-Pierre Brès

    Légende : "J. P. Brès, décédé du choléra le 5 août 1832. L'ami, le poëte, l'historien du gymnase normal, membre de la société libre des Beaux-arts. Dédié à Madame sa veuve et à Monsieur Amoros colonel directeur du gymnase national. Se vend chez l'auteur... et chez Mr Amoros". Né à Limoges le 17 juin 1785, écrivain, auteur de nombreux ouvrages de divers genres, rédacteur à la "Revue encyclopédique", mort à Paris le 3 août 1832. Cote : FP BRES (Bfm Limoges)
  • Démolition du quartier du Viraclaud de Limoges

    La démolition de ce quartier fut décidée dès 1896 par le maire Emile Labussière. En plus d’être un quartier d’habitations insalubres, le Viraclaud était réputé pour être le quartier des prostituées. Il fut rasé pour percer le bout de la rue Jean Jaurès et bâtir le quartier de la préfecture. cote : RES.P.LIM 9Fi224-2 (Bfm Limoges)
  • Démolition du quartier du Viraclaud de Limoges

    La démolition de ce quartier fut décidée dès 1896 par le maire Emile Labussière. En plus d’être un quartier d’habitations insalubres, le Viraclaud était réputé pour être le quartier des prostituées. Il fut rasé pour percer le bout de la rue Jean Jaurès et bâtir le quartier de la préfecture. cote : RES.P.LIM 9Fi224-1 (Bfm Limoges)
  • Ancienne caserne des pompiers de Limoges

    Photographie d'après une carte postale, édit. G. Dartout, 1939. Si la série Limoges disparu de l’éditeur Gabriel Dartout date de 1939, elle  reprend des clichés antérieurs, comme celui-ci de l’ancien Hôtel des Monnaies (où l’on battait monnaie), situé rue Pont-Hérisson dans le quartier du Viraclaud, qui abrita ensuite la caserne des sapeurs-pompiers et accueillit également l’école communale de la Monnaie (déménagée rue Aristide Briand). Après que fut construite la caserne de la Mauvendière, la caserne de la Monnaie fut démolie en 1912. On construira à son emplacement le Cirque-théâtre, aujourd’hui Opéra de Limoges. cote : 9Fi161 (Bfm Limoges)
  • Le Naveix vu depuis la rive gauche

    En bas à droite les blanchisseuses s’affairent. On distingue le ramier, solide installation qui arrêtait le bois flottant en provenance des monts d’Ambazac ou de la région d’Eymoutiers. Jean-Baptiste Audiguet (1811-1897) est un des pionniers de la photographie professionnelle à Limoges. Né à Bellac dans un milieu modeste, il se lance dans la photographie à la fin des années 1850 et devient le grand portraitiste de la société limougeaude du Second Empire et de la Troisième République. C'est aussi le premier photographe connu à proposer des vues de la ville et de ses alentours, avec une parfaite maîtrise de la composition et une sensibilité esthétique surprenante. Avec Audiguet, Limoges devient paysage photographique. cote : 9FI502/10 (Bfm Limoges) RES.P. LIM 9Fi502-10
  • L'escalier du jardin d'Orsay à Limoges

    Vue vers le champ de foire, actuelle place Winston-Churchill, où se tinrent jusqu’au début du 20e siècle de grands marchés aux bestiaux. Cela explique la présence à cet endroit d’une bascule municipale : la maisonnette que l’on voit à droite. Fonds Jean-Baptiste Boudeau, boite 190 (Bfm Limoges).
  • La Jeunesse ouvrière (Limoges) : bulletin des sections de la JOC, [ca 1944/09] (Numéro spécial)

    Edition ponctuelle et locale d'un titre national. Cote : DL 1554/9.
  • Lemovicum. Limoges.

    Vue générale de Limoges Gravure attribuée à Matthäus Merian, vers 1630 cote : 3FI93 (Bfm Limoges)
  • École normale primaire de jeunes filles

    extrait du Recueil d'architecture civile, 1881. L’Ecole normale d’institutrices de Limoges se situe dans le milieu de l’ancienne route d’Aixe (autrefois route de Bordeaux, actuelle rue François-Perrin). Elle est construite de 1881 à 1883 par l’entreprise Laudat, sous la direction d’Henri Lemasson et sur les plans de Jules Tixier, jeune architecte de 27 ans. Après avoir accueilli un temps les élèves infirmières, elle fut à l’abandon pendant plusieurs années, avant d’être transformée à la fin des années 2010 en résidence pour personnes âgées. Seule sa façade a été conservée. cote : 3FI31 (Bfm Limoges)
Voir tous les contenus...