Numérisation choisie pour partir à la découverte du Limousin à travers ses richesses documentaires anciennes, rares ou précieuses sous toutes les formes, la bibliothèque numérique du Limousin propose un accès par collections ou sur la totalité des documents. Les originaux numérisés sont conservées à la Bfm de Limoges et dans les bibliothèques partenaires.

Les collections

Manuscrits

Langue et culture occitanes

Presse locale ancienne

Cartes

Manuscrits - Frontispice

Langue et Culture occitane - Legendas lemouzinas

Presse - Le Courrier du Centre magazine , nд1

Plan - Limoges, Quercy, P곩gord

Les nouveautés

  • Changemens survenus dans les moeurs des habitans de Limoges, depuis une cinquantaine d'années.

    Première édition du texte qui sera repris 9 ans plus tard. cote : MAG.P LIM H1229 (Bfm)
  • Lettre à Mr Juge de Saint-Martin, sur quelques inscriptions nouvellement découvertes à Limoges

    Extrait du magasin encyclopédique cote : MAG.P LIM B1302 (Bfm)
  • Jacques-Joseph Juge de Saint-Martin

    Extrait du compte rendu des séances du 1er congrès de l'Arbre et l'Eau à Limoges, juin 1907, 2e livraison . cote MAG.P LIM 40388/1 (Bfm)
  • Siegfried et le Limousin

    Manuscrit autographe signé et daté du 21 août 1922. In-4 (310 x 238 mm) 174 pages in-4, numérotées 1-172 (avec deux bis), dont 164 pages manuscrites autographes et 10 pages d’épreuves, toutes corrigées, à l’encre noire. L’ensemble est signé et daté à la dernière page. Reliure de box-calf blanc cassé. Grandes plaques à effet cinétique sur les plats, titre de plat poussé à l'oeser blanc et rouge, lettres « M » et « S » mosaïquées de box-calf blanc et poussées à l'oeser blanc. Dos sans nerfs, mosaïque de box-calf noir et rouge, nom de l'auteur à la japonaise à l'oeser blanc et noir. Doublures de daim rouge, mosaïque de box-calf blanc et noir. Gardes de daim rouge. Étui. Chemise de box-calf blanc cassé, mosaïque de box-calf noir. 1956, signée Rose Adler. Doreur : André Jeanne cote : MS407 (Bfm Limoges)
  • Théorie de la pensée ; de son activité primitive indépendante des sens et de sa continuité prouvée par les songes. Ouvrage élémentaire, où le jeune homme peut apprendre à se connaître et à s'estimer. Par M.-J.-J. Juge-Saint-Martin, ancien professeur d'histoire naturelle, membre ou correspondant de plusieurs sociétés savantes

    cote : MAG.P LIM S172 (Bfm Limoges)
  • Denis Dussoubs, Gaston, sa vie, sa mort, 1818-1851

    cote : MAG.P LIM E1566/92
  • Sculptures du Petit Séminaire de Brive

    Gravure extraite de " En Limousin" recueil de divers dessins de monuments limousins et préface de René Fage. Ces sculptures proviennent de l'hôtel de Labenche, un des plus beaux hôtels particuliers renaissance de la région. Construit en 1540. Acheté en 1829 par l'évêque de Tulle pour y installer un petit séminaire vers 1850, il est ensuite devenu propriété de la ville de Brive-la-Gaillarde qui y installa le musée municipal dont le premier conservateur fut... Ernest Rupin ( de 1884 à 1909). Cette gravure fut initialement publiée dans le Bulletin de la société archéologique de Brive cote : MAG.P LIM 34062 (Bfm Limoges)
  • Le pont du Saillant

    Gravure extraite de " En Limousin, recueil de divers dessins de monuments limousins et préface de René Fage". Edifié au XVIème siècle, le pont du Saillant est situé à cheval sur les communes de Voutezac et d'Allassac, (les habitants parlent encore du « Saillant d'Allassac » et du « Saillant de Voutezac »), enjambant la Vézère. Il est composé de six arches, deux sur Allassac et les autres sur Voutezac. Il a bénéficié d'une protection par les Monuments Historique en 1969. Cette gravure fut initialement publiée dans le Bulletin de la société archéologique de Brive cote : MAG.P LIM 34062 (Bfm Limoges)
  • Les Coutumes vénérables du haut pays et du comté de la Marche , Tome 4, deuxième partie

    Deuxième partie de l'article 330 à la fin. Les coutumes sont, dans l'ancien droit français, des usages régissant la vie quotidienne des populations dans un cadre géographique déterminé (ville, province). Ces usages se sont formés dès le Moyen Âge. Oraux et transmis par la tradition, ils ont été progressivement fixés par écrit à la suite de l'édit de Montils-lez-Tours d'avril 1453. Les coutumes de la Marche, en fait la Haute-Marche (correspondant en gros à l'actuel département de la Creuse), ont été publiées en 1521. Elles régiront le droit jusqu'à leur remplacement par le Code Civil. La première édition imprimée date de 1526. D'autres ont suivi parmi lesquelles celles de Nicolas Callet (ou Caillet), la première comportant des commentaires, en 1573, de Charles Du Moulin en 1618 et 1633 (réimpression de la précédente), de Barthélemy Jabely en 1695 et de Couturier de Fournoue en 1744. Par ailleurs, plusieurs versions manuscrites existent, dont certaines se trouvent à la Bibliothèque multimedia du Grand Guéret. Cet exemplaire manuscrit est l'oeuvre de Jean Regnauld conseiller du roi, lieutenant criminel au Présidial et sénéchaussée de la Marche à Guéret. Juge des affaires criminelles, il est le deuxième personnage de ce tribunal installé le 6 novembre 1635 dans la capitale de la Haute-Marche. Cette version manuscrite en quatre volumes, avec dos à cinq nerfs et titre et tomaison dorés, a dû servir d'instrument de travail à son auteur. cote : 340.57 (Bibliothèque Multimédia du Grand Guéret)
  • Les Coutumes vénérables du haut pays et du comté de la Marche , Tome 4, première partie

    Première partie de l'article 286 à l'article 329. Les coutumes sont, dans l'ancien droit français, des usages régissant la vie quotidienne des populations dans un cadre géographique déterminé (ville, province). Ces usages se sont formés dès le Moyen Âge. Oraux et transmis par la tradition, ils ont été progressivement fixés par écrit à la suite de l'édit de Montils-lez-Tours d'avril 1453. Les coutumes de la Marche, en fait la Haute-Marche (correspondant en gros à l'actuel département de la Creuse), ont été publiées en 1521. Elles régiront le droit jusqu'à leur remplacement par le code civil. La première édition imprimée date de 1526. D'autres ont suivi parmi lesquelles nous citerons celles de Nicolas Callet (ou Caillet), la première comportant des commentaires, en 1573, de Charles Du Moulin en 1618 et 1633 (réimpression de la précédente), de Barthélemy Jabely en 1695 et de Couturier de Fournoue en 1744. Par ailleurs, plusieurs versions manuscrites existent, dont certaines se trouvent à la Bibliothèque multimedia du Grand Guéret. Cet exemplaire manuscrit est l'oeuvre de Jean Regnauld conseiller du roi, lieutenant criminel au Présidial et sénéchaussée de la Marche à Guéret. Juge des affaires criminelles, il est le deuxième personnage de ce tribunal installé le 6 novembre 1635 dans la capitale de la Haute-Marche. Cette version manuscrite en quatre volumes, avec dos à cinq nerfs et titre et tomaison dorés, a dû servir d'instrument de travail à son auteur. cote : 340.57 (Bibliothèque Multimédia du Grand Guéret)
Voir tous les contenus...